Mishima 

 

   Le tumulte des flots (extrait)

Craignant d'être accusé de regarder trop attentivement, Shinji avait à peine ouvert les yeux ; aussi la silhouette de la jeune fille restait-elle vague et, aperçue à travers le feu qui montait jusqu'au plafond en béton, elle se distinguait mal des flammes tremblantes.
Mais le jeune homme cligna involontairement les yeux et pendant un instant, l'ombre de ses cils, amplifiée par la lumière du feu, fut visible sur ses joues. Sans se souvenir de ce que sa chemise n'était pas complètement sèche, la jeune fille cacha prestement sa poitrine et s'écria :
- Il ne faut pas ouvrir les yeux.
L'honnête jeune homme ferma fortement les yeux. Maintenant qu'il y pensait, il croyait qu'il avait eu certainement tort de feindre d'être encore endormi, mais ce n'était pas sa faute s'il avait été réveillé quand il dormait réellement. S'encourageant de ce raisonnement juste et impartial, il rouvrit tout grands ses beaux yeux noirs.
Eperdue, la jeune fille n'avait même pas commencé à passer sa chemise. Elle lui cria de nouveau d'une voix enfantine aiguë ;
- Ferme les yeux !
Mais le garçon ne ferma pas les yeux. Depuis son enfance il avait eu l'habitude de voir nues les femmes du village, mais c'était la première fois qu'il voyait nue la jeune fille qu'il aimait. Il ne pouvait comprendre pourquoi du fait qu'elle était nue, une barrière s'était élevée entre eux rendant difficiles les politesses courantes, les familiarités habituelles. Avec la simplicité d'un enfant il se leva.
Le jeune homme et la jeune fille se faisaient face séparés par les flammes. Le garçon se déplaça un peu sur la droite ; la fille s'enfuit légèrement sur la droite. Le feu restait toujours entre eux. 
- Pourquoi fuis-tu ?
- Eh bien, parce que j'ai honte.
Le jeune homme ne lui dit pas qu'elle n'avait alors qu'à s'habiller, car il avait envie de la contempler même quelques instants. Ennuyé de voir la conversation rompue, il lui posa une question d'enfant :
- Que pourrais-je faire pour que tu n'aies plus honte ?
La réponse de la jeune femme fut à la fois naïve et surprenante.
- Si tu étais nu aussi, je n'aurais plus honte.

 

 

 

| Galerie | GalerieB | News Ecrits | Musique Agenda | Liens Contact | Spiritualité

ARneT (art & expression)
Merci de respecter les droits © des artistes
Utilisation des textes et images soumise à l'accord préalable de leur auteur

Site déclaré à la CNIL, sous le numéro 785412  (Article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés).