Gaston Vaucher

  

Le chemin de ses yeux

Une femme entre dans ma vie en silence
Sans faire plus de bruit qu'un rêve.
Sa main refait jusqu'à moi le voyage du vent
Pour m'offrir le soleil et le parfum de l'Espagne.
La douceur de ses yeux a fait fondre la neige
Qui habillait mon cœur d'un linceul d'hiver.

Son regard s'est dressé contre ma solitude
Et son sourire brille dans un cadre d'argent.
Si je la vois, je passe de l'ombre à la lumière.
Je deviens dans ses yeux la confiance offerte, 
Le cœur d'un enfant qui ne veut pas vieillir.
Si sa main frappe à la porte de mon rêve
Un sang rouge pleure d'une blessure secrète
Et les mots de l'absence ne veulent plus rien dire.

Je suis riche d'une fleur caressante et discrète
Qui enivre mon âme et qui me fait frémir.
Je suis riche. Je possède le trésor de son nom, 
Les cinq lettres de l'alphabet des poètes
Qu'une encre rouge a gravé sous mon front.
Avec elle solitude et absence ne sont plus
Les fleurs de minuit que nulle saison fane.
Elle m'ouvre de sa confiance, je dénude mon âme.
Elle habite avec moi le pays des mots inutiles
Où s'unissent nos cœurs et parlent nos regards.

Tous les mots sont d'accord pour l'aimer
Dans ce poème impossible à écrire sans pudeur.
Ce sont ses yeux qui ouvrent mon regard, 
Et ses larmes qui réveillent mon cœur.
C'est sa bouche qui donne à ma bouche
Le chant des paroles de soleil ou de pluie.

C'est elle qui me fait encore croire au miracle.
C'est elle qui m'apprend à revenir au monde.
C'est elle qui me réveille et qui me fait renaître
Au soleil qui avait disparu derrière ma fenêtre.
Sans elle mon cœur en oublierait de battre.
La vie prend désormais le chemin de ses yeux.

Ma douleur a perdu le poids de la pierre
Et mes rêves secrets ont repris des couleurs.
Le désir de vivre hisse à nouveau sa voile
Pour reprendre la route des aubes écarlates.
Mes mains ouvertes ont l'impatience du feu
Pour offrir à ses joues la caresse d'un ciel bleu.

Je suis la houle de la mer, la tempête et la vague, 
Elle est la douceur de la terre, le silence et le calme.
Elle est ma force mais aussi ma faiblesse
Quand je surprends sous ses paupières mauves
La rosée de son cœur qui pleure dans la nuit.
 
 

 

| Galerie | GalerieB | News Ecrits | Musique Agenda | Liens Contact | Spiritualité

ARneT (art & expression)
Merci de respecter les droits © des artistes
Utilisation des textes et images soumise à l'accord préalable de leur auteur

Site déclaré à la CNIL, sous le numéro 785412  (Article 16 de la loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés).